5 choses à ajouter à votre liste d’épicerie pour débuter un mode de vie à base de plantes.

Vous vous êtes drôlement plu à manger entièrement à base de plantes lors du #DéfiPlante le 22 avril dernier? Génial! Toutefois, sauriez-vous répéter l’expérience… tous les jours? Soyez sans craintes : vous convertir ad vitam aeternam à la grande hérésie du véganisme n’était pas nécessaire pour participer au défi. De toute façon, un tel changement ne se fait pas du jour au lendemain. Pour une transition saine, équilibrée et surtout, sans retour en arrière, j’aime suggérer aux novices de prévoir un menu à base de plantes au moins deux fois par semaine… jusqu’à ce que ça devienne une habitude. Même moi, porte-parole du #DéfiPlante, je ne suis pas 100 % végane. Pourtant, j’adore promouvoir cette façon de voir l’alimentation et surtout… manger des plantes! Avant de vous révéler mes secrets sur les aliments incontournables à ajouter à votre panier d’épicerie, je considère que vous avez le droit de connaître la différence entre une alimentation « végane » et une alimentation « à base de plantes »:

Tout d’abord, la principale différence est que « à base de plantes » est un terme plus souple que « végane ». Quelqu’un qui se définit comme « plant based » ne s’interdit pas toujours, contrairement à un végane, de manger du miel ou de porter de la laine, par exemple. Une personne qui adopte une diète à base de plantes concentrera bel et bien son alimentation sur les fruits, les légumes, les céréales et les noix, mais n’éradiquera pas complètement TOUS les produits de provenance animale. En effet, une telle alimentation laisse davantage place à interprétation et tend à être plus inclusive. Quelqu’un qui mange les œufs du poulailler de son voisin une fois de temps en temps peut très bien s’identifier comme un « mangeux de plantes », mais pas comme un végane!

Bon! Maintenant que c’est réglé, passons aux choses sérieuses. Voici les 5 aliments qu’il faut absolument conserver dans sa cuisine si on veut devenir un pro de l’alimentation végétale.

La levure alimentaire.

Connaissez-vous la levure alimentaire, ou, comme j’aime l’appeler, la poudre d’or? Véritable ingrédient magique de la cuisine à base de plantes, on la vend pour quelques dollars seulement à l’épicerie sous forme de flocons dorés. Loin de faire lever le pain ou les gâteaux, ce type de levure inactive est composé de plusieurs micro-organismes cellulaires et a le goût d’umami… bien qu’on la compare souvent au parmesan! En effet, la levure alimentaire a un parfum de noix grillées et un goût de fromage, même s’il s’agit d’un ingrédient 100 % végétalien! De mon côté, j’en mets dans toutes mes salades et vinaigrettes, dans mes sauces faussement fromagées, sur mes crudités, dans mes potages, et plus encore. Qui plus est, vous pourriez difficilement trouver plus santé comme produit à base de plantes, puisque la levure alimentaire est très riche en nutriments. Elle contient d’ailleurs de la vitamine B12, ingrédient prisé par les végétaliens et que l’on retrouve normalement dans les produits animaliers.

Le lait végétal.

Plusieurs personnes, passé l’enfance, considèrent qu’ils ne consomment plus vraiment de lait de vache. En tout cas, pas comme avant. Pourtant, si vous mettez du lait dans votre café, dans votre thé, dans vos céréales et dans votre mélange à crêpe du dimanche matin… je suis navrée de vous l’annoncer mais vous consommez du lait. C’est pourtant si facile de remplacer ce liquide traditionnel blanc par une boisson à base de plantes qui vous satisfera tout autant… sans pour autant contribuer à l’émission d’une quantité phénoménale de GES! En effet, le lait de vache nécessite énormément d’eau et de terres cultivables pour être produit… contrairement au lait d’avoine, de soya ou d’amande qui sont beaucoup plus écologiques. De mon côté, j’adore, non : J’ADULE le lait d’avoine Earth’s Own… beaucoup plus que le lait de vache! Je fais maintenant exprès de manger des biscuits le soir pour pouvoir me servir un grand verre de ce lait onctueux et légèrement sucré.

Différentes sortes de graines et de noix.

Les noix et les graines sont de formidables protéines trop souvent oubliées si vous voulez mon avis. Bourrées de bon gras et d’antioxydants, elles aident à rester en bonne santé. J’aime mettre des amandes effilées et des graines de tournesol rôties dans mes salades, des arachides dans mes sautés, des noix de cajou dans mes sauces passées au mélangeur et des noix de grenoble dans mes gruaux matinaux! Chaque portion de noix ou de graines ajoute un je ne sais quoi à chacun de mes repas, en plus de me procurer encore plus d’énergie. Petite astuce supplémentaire si vous avez un budget serré : privilégiez les graines de tournesol et de citrouille, qui sont beaucoup moins chères que les noix et qui, souvent, sont de source locale! Vous pouvez même les prendre directement dans les citrouilles ou autres courges que vous achetez en automne! 😉

Une vaste gamme de champignons!

Saviez-vous que le champignon n’est pas un légume? En effet, il fait partie du règne des fungis, ou des eucaryotes, et ne produit pas de photosynthèse. Imitant malgré lui la texture de la viande, il est très prisé par les personnes qui ont adopté une diète à base de plantes. Que ce soit les pleurotes, les shiitakes, les champignons de paris ou les portobellos, ils sont particulièrement multidisciplinaires en cuisine. D’autant plus qu’ils présentent un apport intéressant en protéines! Et, soyons francs : y a-t-il un repas plus décadent que des linguines servies avec 5 ou 6 sortes de champignons différents, de l’ail, de la sauge et de la crème à cuisson Earth’s Own? JE NE CROIS PAS.

Une panoplie d’épices et de condiments.

Quand on est végétalien, on ne badine pas avec les saveurs! En effet, quand on fait mariner du tofu, ou quand on fait sauter des légumes, on est un peu maître du goût qu’aura son repas. Ce faisant, je vous suggère fortement de toujours avoir dans votre garde-manger : de la levure alimentaire (évidemment), la sauce soya (ou tamari), de la poudre d’ail (on en met jamais assez!), du sirop d’érable (aussi appelé or brun),  de la moutarde de Dijon (vos vinaigrettes prendront une toute nouvelle tangente), de la poudre de gingembre (ou du gingembre congelé), ainsi que du ketchup (oui oui! Il sera votre meilleur ami dans plusieurs sauces asiatiques)!

Évidemment, quand on mange une alimentation à base de plantes, on doit aussi intégrer à sa liste d’épicerie : le tofu, différentes légumineuses, une variété de légumes… mais ça, je pense que vous le saviez déjà! L’important, quand on cuisine sans viande ni œufs ni fromage, c’est de laisser aller sa créativité, et de ne se mettre aucune pression!

AUTRES HISTOIRES QUE VOUS POURREZ AIMER

Nouvelles vertes

Suivez l’évolution du mouvement à base de plantes

Nous ne vous enverrons pas de pourriels. Nous vous garderons informés!
*De plus, vous recevrez quelques bonnes recettes et des coupons-rabais