Les pesticides sont-ils « mauvais »?

Lorsque vous entendez le mot « pesticide » et que le symbole de la tête de mort vous vient immédiatement à l’esprit, sachez que vous n’êtes pas les seuls. Mais, faut-il vraiment se méfier des cultures pulvérisées? Parlons de la vraie nature des pesticides et prenons un peu de recul pour déterminer s’ils sont « bons », « mauvais », ou un peu des deux.

Que sont les pesticides?

Le mot « pesticide » est une sorte de terme général. Lorsque l’on cherche sa définition dans le dictionnaire Le Robert, on peut y lire : « Produit chimique employé contre les parasites animaux et végétaux des cultures ». Les « parasites » peuvent donc être des mauvaises herbes, des champignons, des rats ou même des puces. Et oui, si vous utilisez un traitement contre les puces sur votre compagnon à quatre pattes, ce traitement est considéré comme un pesticide.

Cependant, le symbole de la tête de mort auquel nous pensons en entendant le mot « pesticide » est normalement associé aux produits pulvérisés sur les récoltes. Alors la vraie question qui se pose est la suivante : pourquoi les utilise-t-on en agriculture?

À quoi servent-ils?

Les agriculteurs les utilisent comme une forme de protection, pour éloigner les parasites de leurs cultures. On les comprend. Imaginez des bestioles en train de manger votre salaire annuel. Mais n’y a-t-il pas d’autres moyens de protéger ses récoltes sans utiliser de produits chimiques?

Si!

Les agriculteurs surveillent généralement leurs cultures de près, de sorte que si un parasite ou une bactérie venait à se présenter, il leur serait possible d’adopter une approche attentive pour protéger leur récolte. Ils peuvent privilégier une approche biologique (comme l’introduction d’un organisme biologique ennemi), modifier l’habitat (en changeant le système d’arrosage par exemple) ou utiliser un moyen mécanique (comme des filets ou des pièges). Et parfois, ils utilisent des pesticides chimiques.

Les pesticides sont-ils mauvais pour la santé?

Écoutez, nous n’allons pas affirmer que tous les pesticides sont forcément mauvais pour votre corps. Il y a beaucoup trop de variables pour les mettre tous dans le même panier. Cependant, nous savons qu’une personne a, en moyenne, environ 29 pesticides dans son corps en tout temps. Des produits chimiques comme le mercure, le cyanure et parfois l’arsenic… Beurk!

Les normes de Santé Canada prévoient des règlements qui garantissent des niveaux 100 à 1 000 fois inférieurs à la limite de toxicité permise pour un produit alimentaire. Cependant, il n’y a pas de réglementation concernant le nombre d’aliments contenant des résidus de pesticides que vous pouvez consommer.

De plus, les agriculteurs qui les utilisent peuvent ressentir des effets secondaires bien plus graves en cas d’inhalation respiratoire ou d’absorption cutanée. Des éruptions, des troubles respiratoires, un rythme cardiaque élevé ou même une neurotoxicité peuvent en effet se manifester. C’est plutôt effrayant!

Les pesticides sont-ils mauvais pour la planète?

Les pesticides sont certes pulvérisés sur la terre, mais ils peuvent contaminer les rivières, les ruisseaux ou les eaux souterraines. Dans un tel cas, ils peuvent perturber l’ensemble de l’écosystème. Ces produits chimiques peuvent même tuer les poissons ou les autres animaux qui vivent dans ces eaux.

Et comme si cela ne suffisait pas, un phénomène appelé volatilisation au cours duquel les pesticides se transforment en vapeur après avoir été pulvérisés peut se produire. Ce phénomène peut être nuisible à l’environnement avoisinant. Pour ne citer qu’un exemple, les scientifiques pensent que le pesticide appelé atrazine affecte la santé reproductive de certaines grenouilles, nuisant ainsi à leur survie. Nous ne savons pas ce que vous en pensez, mais nous sommes tous en faveur de l’augmentation du nombre de bébés grenouilles et de la diminution des pesticides.

Alors, que pouvez-vous faire?

Au bout du compte, une petite quantité de pesticides ne pose probablement pas de problème. Mais l’abus de produits chimiques en aérosol peut avoir un impact considérable sur notre environnement et notre santé.

Dans la mesure du possible, choisissez des aliments d’origine locale ou des aliments biologiques à base de plantes. Comme notre boisson au soya So Nice, notre la*t d’amande ou notre la*t à base d’avoine biologique Naked.

Si vous avez accès à un marché fermier, vous pouvez demander à votre producteur local quel type de pesticides il utilise ou quelles sont ses pratiques de culture. Et si vous ne pouvez pas vous rendre à un marché, il y a probablement des boîtes ASC très pratiques près de chez vous. Psst… si vous ne le savez pas, ASC signifie agriculture soutenue par la communauté. Google saura vous dire où vous pouvez vous inscrire à ce genre de service dans votre région.

En définitive, ce qu’on peut faire de mieux pour protéger notre planète est de mener une vie à base de plantes. Le fait de choisir le bio chaque fois que c’est possible vient également s’ajouter à cet impact positif.

Manger des produits biologiques, délicieux et à base de plantes tout en contribuant à sauver le monde? C’est plutôt réglo selon nous!

AUTRES HISTOIRES QUE VOUS POURREZ AIMER

Nouvelles vertes

Suivez l’évolution du mouvement à base de plantes

Nous ne vous enverrons pas de pourriels. Nous vous garderons informés!
*De plus, vous recevrez quelques bonnes recettes et des coupons-rabais